Rencontre exclusive avec… par Laura Massis

Rencontre exclusive avec… par Laura Massis

Jeudi dernier, ma comptable m’a offert une place pour une conférence « Rencontre exclusive avec… » organisée par Laura Massis, ancienne journaliste de France Télévisions.

Rencontre exclusive Laura Massis

Pour cette édition, les invités de Laura Massis était Serge Marquis, médecin, et Frédéric Lopez, qu’on ne présente plus, créateur de l’émission « Rendez-vous en terre inconnue » qui nous emmène dans des contrées éloignées à la rencontre de peuples méconnus. Je me rappellerai toujours d’une des premières émissions, où Muriel Robin était partie à la rencontre des Himbas en Namibie. J’avais adoré le côté authentique de la rencontre, notamment le moment où elle descend avec des femmes Himba dans un trou creusé dans la terre où les femmes Himbas récupèrent l’argile rouge pour s’en recouvrir le corps.

L’égo

Le thème de cette nouvelle rencontre exclusive était l’égo.

A priori, c’est un thème sur lequel je n’imaginais pas qu’il était possible d’en faire une conférence de 2 heures ! J’ai beaucoup aimé la personne de Serge Marquis, médecin québécois spécialiste du sujet.

Même si parfois, les échanges me semblaient s’éloigner du thème, j’ai trouvé formidables les interactions entre Frédéric Lopez et Serge Marquis. Le moment où Frédéric dit à Serge qu’il n’a pas du tout aimé son livre, pour le tester et voir comment son égo réagit, fut un moment très drôle. Serge Marquis a répondu de façon très authentique. Il a dit notamment que c’était important pour lui de tester tout ce qu’il enseignait dans ses livres et dans ses activités « professionnelles ».

Le hamster a été pour moi le personnage inattendu de cette soirée.

Le hamster, c’est cette petite voix qui tourne dans nos têtes sans qu’on sache vraiment comment l’arrêter et dont les « paroles » sont souvent issues de notre égo.

Vous savez, comme ce hamster qui tourne en boucle sur sa roue dans sa cage et qui ne sait plus comment arrêter la roue de tourner.

Ce que j’ai compris, notre égo naît de la peur. A la base, il sert à nous protéger des dangers.

Quand l’homme est apparu sur Terre, il n’avait pas d’égo. Son cerveau était primitif et les hommes de l’époque se préoccupaient juste de trouver de quoi se protéger des dangers et se nourrir.

À mesure que l’homme a évolué et qu’il s’est « enfermé » dans une société, l’égo s’est dévoilé.

Notre égo, c’est ce personnage qui se compare aux autres, qui se demande s’il a bien fait telle chose, qui a peur de s’être trompé et d’être la risée des autres.

C’est, comme je le disais plus haut, cette petite voix dont on n’arrive parfois pas à se défaire et qui peut être source de nombreux maux.

J’ai réalisé lors de cette soirée qu’il n’y a pas en soi de bon ou de mauvais égo. Cela dépend de la façon dont vous l’appréhendez. L’égo peut aussi bien nous servir que nous desservir.

L’égo, comment s’en détacher, à défaut de s’en libérer ?

Pour Serge Marquis, un des moyens de se libérer de son égo, ou en tout cas, de changer notre rapport avec lui, c’est de revenir au moment présent.

Notre égo a tendance à repenser au passé ou à penser au futur, et nous éloigne ainsi de nous-même.

Mais si nous revenons au moment présent, si nous nous concentrons sur notre souffle, notre respiration, sur le moment présent, nous pouvons « recadrer » notre égo. Je dis « recadrer », car il n’est pas question de s’en libérer. L’égo fait partie de nous et sans égo, je ne pense pas que nous serions vraiment nous-même. Et nous aurions probablement des caractères très lisses, sans véritable personnalité.

C’est étrange parce qu’au début, je ne voyais pas véritablement en quoi Frédéric Lopez pouvait apporter ses lumières sur son rapport à l’égo. Et pourtant, quand on connaît son intérêt pour le moment présent, qu’il cultive par la méditation de pleine conscience, et qu’on met cela en parallèle avec ce que dit Serge Marquis, pour qui l’égo peut être dompté par l’attention portée au moment présent, la connexion est toute trouvée : le moment présent !

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *